Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Toyota Multimode... la confusion dangereuse

Publié le par AZ

Multimode Manual Transmission

From Wikipedia, the free encyclopedia

YARIS R

Multimode Manual Transmission (MMT or M/M, also Multimode Transmission) is a type of sequential manual transmission offered by Toyota. It uses a traditional manual gearbox with an electronically controlled clutch. Multimode Manual Transmission is available in the Aygo, Yaris, Corolla, Corolla Verso and Auris in Europe, and should not be confused with Multimode Automatic Transmission, which is offered in the North American market by Toyota.

*

La Transmission  Manuelle  Multimode (MMT ou  M/M, aussi nommée  Transmission  Multimode)  est un type de transmission manuelle séquentielle proposée par Toyota. On utilise une boîte de vitesse manuelle traditionnelle avec un système électroniquement contrôlée. La Transmission  Manuelle Multimode est disponible sur Aygo, Yaris, Corolla, Corolla Verso et Auris  uniquement en Europe et elle ne devrait pas être confondue avec le Multimode  Transmission Automatique, que Toyota propose sur le marché Nord-Américain.

YARIS HATCHBACK 1

__________________________________________

RTS Radio Télévision Suisse émission ABE sur Toyota MMT (boîte MANUELLE robotisée), les conséquences de la confusion avec la Boîte Automatique (écoutez bien les mots de la fin):

toyota.yaris-copie-1

Publicité mensongère TOYOTA

Commentaires Toyota Yaris Boîte Automatisée MMT: Lettre ouverte aux responsables de la Sécurité routière

SECURITE ROUTIERE

CONTACT: securite.routiere@azengineering.org

Voir les commentaires

Vice caché boite de vitesse MMT Toyota

Publié le par AZ

mmt

vice caché boite de vitesse MMT Toyota Corolla verso

de sami-sam Ven Mar 30, 2012 1:13 pm

Bonjour,
Le 14 février 2011 je prends possession d'un Toyota Corolla verso essence d'occasion (boite automatique de 2005) avec 92 000 kms dans une concession Suzuki / Hyundai à Perpignan (je réside à Marseille).
Début janvier 2012 alors que je circule sur autoroute avec femme et enfants (en bas âge) le véhicule se bloque au point mort, je suis donc obligé à me rabattre d'urgence sur la bande d'urgence avec un flot de véhicule important (gros stress pour ma femme et les enfants).
J'arrive à repartir quelques minutes après mais le véhicule continuer de se bloquer au pont mort avec l'impossibilité de remettre la 1ère vitesse.
J’emmène le véhicule chez Toyota Aix en Provence qui trouve la panne au bout 2 diagnostics ( à 92 € le diagnostic!).
Bilan: 2000 € de réparations (embrayage et calculateur à remplacer principalement).
Après plusieurs recherches sur internet, je me suis rendu compte que cette boite de vitesse qui équipe l’aygo/auris/corolla/corolla verso présente le même souci.
En rangeant les papiers du véhicule je me suis aperçu que le vendeur m'avait donné une facture d'entretien qui était un rappel de cette fameuse boite de vitesse qui a été fait en 2009 à 59 000 kms.
Après appel à la concession qui a fait ce rappel, il s'avère que l'embrayage n'a pas été changé et le calculateur a juste été mis à jour.
A travers différents forums, il s’avère que cette boite MMT présente un vice caché, connu de Toyota et non revendiqué.
J'ai envoyé un mail à la concession qui m'a vendu le véhicule, un à la concession Toyota d'Aix en Provence, et un à Toyota France. Bien sur 3 refus de prise en charge car le véhicule datant de 2005 n'est plus garantie.
Je me retrouve avec un véhicule avec lequel j'ai fait 10 000 kms en 9 mois et qui est immobilisé à la concession d'Aix en Provence depuis le mois de janvier.
Ne bénéficiant pas d'assistance juridique dans mon contrat d'assurance (mais que je peux souscrire avec 2 mois de carence) et ne souhaitant pas payer car je pense que ce n'est pas au consommateur de payer pour un vice caché de fabrication, quels recours puis je avoir?
Lors de l'envoi de mes mails, j'ai bien fait remarqué que l'article du code civil 1641 à 1648 était en ma faveur mais rien n'y fait.
Pour info, j'ai téléphoné dans une concession Toyota en Belgique et mon interlocuteur m'a admis être au courant de cette panne et qu'il remplacent le calculateur ainsi que l'embrayage même si le véhicule est hors garantie (ce que Toyota France réfute)
Merci de m'avoir lu , en espérant vos réponses,
Cordialement, 
Sami

Réponse :

Conseils de lecture sur le site:

La voiture qui recule en marche avant et avance en marche arrière!!!

Lettre ouverte aux responsables de la Sécurité routière

Le stupéfiant mode d’emploi de la MMT

Signer LA PETITION

Me contacter : toyota@azengineering.org

Voir les commentaires

Publicité mensongère TOYOTA

Publié le par AZ

Publicité mensongère définition

" La publicité mensongère (ou trompeuse) consiste pour un commerçant ou un industriel à diffuser des informations inexactes ou propres à tromper le public sur les produits ou les services qu’il met en vente, sur les engagements qu’il prend à l’égard de la clientèle, sur les aptitudes et les qualités qu’il possède ". Michel Pédamon, Spécialiste en droit commercial.

L'article L.121-1 du code de la consommation définit ainsi la publicité mensongère :

"Est interdite toute publicité comportant, sous quelque forme que ce soit, des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur, lorsque celles-ci portent sur un ou plusieurs des éléments ci-après : existence, nature, composition, qualités substantielles, teneur en principes utiles, espèce, origine, quantité, mode et date de fabrication, propriétés, prix et conditions de vente de biens ou de services qui font l'objet de la publicité, conditions de leur utilisation, résultats qui peuvent être attendus de leur utilisation, motifs ou procédés de la vente ou de la prestation de services, portée des engagements pris par l'annonceur, identité, qualités ou aptitudes du fabricant, des revendeurs, des promoteurs ou des prestataires".

La publicité est qualifiée de "mensongère" lorsqu’elle contient des éléments faux, que ce soit dans sa présentation, ses indications ou ses allégations.

La publicité est "trompeuse" quand elle est de nature à induire en erreur le consommateur "moyen": présentation ambiguë, utilisation de termes trompeurs, omission d’une indication, inscription illisible.

Etant donné l’impact de la publicité sur un très large public, les tribunaux voient de véritables manœuvres frauduleuses dans la publicité mensongère. Le délit d’escroquerie n’est toutefois retenu que si ces deux critères sont réunis : le caractère outrancier de la publicité et l’organisation d’une mise en scène.

Le support

Toutes les formes et tous les supports de publicité utilisés pour faire connaître au public un produit ou un service sont répréhensibles :

  • affichage dans les médias (presse, spots de cinéma et de télévision, radio, publi-reportage) ;
  • prospectus, brochures, catalogues, panneaux d’hommes-sandwichs ;
  • emballage d’un produit ;
  • étiquette fixée sur un article ou sur la vitrine d’un magasin ;
  • petites annonces ;
  • publicité orale (comme les arguments d’un démarcheur à domicile).

La jurisprudence a une conception très large de la publicité, qu’elle étend jusqu’à " tout document commercial, tel un bon de commande, dont les indications et la présentation permettent aux clients potentiels […] de se former une opinion sur les résultats attendus du bien ou du service proposé ".

Les destinataires du message

La publicité est condamnable à partir du moment où elle entraîne un risque d’interprétation fausse de la part de la personne qui reçoit le message.

Pour déterminer s’il y a ou non un délit, il faut se référer à la psychologie du " consommateur moyen " selon la jurisprudence.

Les responsables des infractions

L’article L.213-1 du code de la consommation interdit à un professionnel ou à un particulier de mentir sur les qualités d’un produit mis en vente.

L’annonceur pour le compte duquel la publicité est diffusée est considéré comme principal responsable de l’infraction commise.
Si l’infraction est commise par une personne morale, dans le cadre d’une entreprise, la responsabilité incombe à ses dirigeants (article 121-5 du code de la consommation). Sont donc visés les commerçants et professionnels, principaux utilisateurs de la publicité pour promouvoir leurs produits et services.

Les particuliers peuvent également être condamnés, notamment dans le cas de petites annonces.

D’autre part, la condamnation peut s’étendre à l’agence de publicité qui a fabriqué la publicité s’il est prouvé qu’elle à participé à constituer le mensonge.
Le responsable du support de publicité, par exemple le directeur d’un journal, peut être poursuivi et condamné, dans la mesure où il a accepté de diffuser une publicité jugée mensongère. Il est alors considéré comme complice de l’infraction.

Les sanctions

L’article L.121-6 du code de la consommation stipule que le non respect de cette loi est passible d’une amende maximale de 38 112,25 € (250 000 frs) et de deux ans d’emprisonnement.
Il est prévu que le maximum de l’amende peut être porté à 50% des dépenses de publicité constituant le délit.

Par la suite, les tribunaux peuvent ordonner la cessation de la publicité litigieuse si elle persiste, ainsi que la publication du jugement et la diffusion d’une annonce rectificative.

Obtenir réparation

Le consommateur qui a subi un préjudice du fait du caractère mensonger de la publicité est en droit d’obtenir réparation.

Préjudice important

Le consommateur peut porter plainte auprès du procureur de la République par simple lettre, adressée au tribunal de grande instance. Il doit réunir un dossier solide avec tous les éléments prouvant le caractère répréhensible de la publicité (photocopies de la publicité, du contrat, du bon de commande, de la correspondance, témoignages…).

Si le procureur décide de poursuivre son auteur (il peut cependant classer l’affaire s’il estime les faits peu graves ou parce qu’il est débordé !) le plaignant pourra se constituer partie civile, et obtenir des dommages intérêts si l’annonceur est reconnu coupable.

Préjudice peu important, difficilement chiffrable ou délicat à prouver

Dans ce cas, le consommateur peut prendre contact directement avec l’annonceur, le fabricant, le distributeur ou le prestataire de services, pour faire cesser la publicité et obtenir satisfaction.

Il peut également saisir l’afficheur, la régie publicitaire du journal ou l’imprimeur. Pour les spots publicitaires diffusés par les chaînes de télévision, il peut s’adresser au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) en demandant la rectification ou la suppression de la publicité estimée abusive.

Publicité mensongère Toyota (exemples)

TOYOTA AFFICHE 002

Indications sur l'affiche:

Boîte automatique (FAUX), transmission MANUELLE robotisée

Vos avis sur les boîtes automatiques

http://www.fiches-auto.fr/

Boîte automatique MMT (Toyota) FAUX

Boîte manuelle robotisée MMT (Toyota) VRAI

Consommation (sobriété) : 9/10

Agrément de la boîte automatique MMT : 5/10

Boîte automatique Multidrive (Toyota IQ) FAUX

Boîte manuelle Multidrive  (Toyota IQ) VRAI

Consommation (sobriété) : 4/10

Agrément de la boîte automatique Multidrive : 2/10

Voir les commentaires

Opération «coup de poing» contre les pirates du droit

Publié le par AZ

Opération «coup de poing» contre les pirates du droit

Le Barreau de Paris s’allie avec la FNAIM

Le 28 juin 2012,  le bâtonnier de Paris, Christiane Féral-Schuhl, a rencontré le président de la FNAIM, René Pallincourt, dans le cadre de l’opération «coup de poing» initiée par le Barreau de Paris en vue de lutter contre les braconniers du droit et du chiffre.

Ils ont convenu que la pratique de certains sites internet, se prévalant de l’image de l'avocat pour masquer qu’ils sont agents immobiliers, n'est pas tolérable et qu’il convenait donc d'y mettre un terme.

Les deux parties se sont donc engagées à  s’informer réciproquement et de façon régulière sur les comportements contraires aux bonnes règles de la concurrence qu’ils pourraient découvrir. La FNAIM et le Barreau de Paris pourront ainsi mener, de concert, les actions adéquates permettant de mettre un terme à ces détournements nuisibles aux agents immobiliers, aux avocats et à leurs clients.

Voir les commentaires