Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hong Kong Recession Risk Is Global Warning

Publié le par E. CRIVAT

Peut-on avoir une image de la récession ?

De notre correspondent à Hong Kong :

« Il fait un temps vraiment superbe ici, je te forwarde une photo que j'ai prise du Peak.

C'est le temps le plus clair que j'ai vu à Hong Kong en deux ans!

Ça veut dire que les usines ne marchent plus et que c'est la récession… »

HONG KONG

Photo: B.CRIVAT 2011

Hong Kong Recession Risk Is Global Warning

By Sophie Leung and Richard Frost - Aug 15, 2011

Hong Kong’s export-led economy, a barometer of global growth, is sinking into a recession that is likely to last for at least a year, said Daiwa Capital Markets economist Kevin Lai.

Of nine economists in a Bloomberg News survey, Lai came closest to predicting a 0.5 percent contraction in the city’s economy in the second quarter. Only two of the analysts expected gross domestic product to decline from the previous three months. The government released the data Aug. 12.

“Global demand is really weak and we expect the U.S. and Europe will see a sharp slowdown, or near-zero growth, next year,” Lai said in a phone interview in the city today. “A recession is a reality for Hong Kong.”

________________

L'économie de Hong Kong tirée par les exportations, un baromètre de la croissance mondiale, s'enfonce dans une récession qui est susceptible de durer au moins un an, a déclaré l'économiste de Daiwa Capital Markets, Kevin Lai.

Sur neuf économistes, dans un sondage de Bloomberg News, Lai prévoit une contraction de 0,5 pour cent de l'économie de la ville au deuxième trimestre.

Le gouvernement a publié les données le 12 août 2011.

« La demande mondiale est vraiment faible et nous nous attendons que les Etats-Unis et l'Europe verront un ralentissement brutal, ou une croissance proche de zéro, l'année prochaine. »

Lai dit dans un entretien téléphonique d’aujourd'hui. "La récession est une réalité pour Hong Kong"

Lire la suite sur: Bloomberg News

________________________

ALBUM PHOTOS HONG-KONG

Voir les commentaires

Fondation Cartier présente: Mathématiques, un dépaysement soudain

Publié le par AZ

VISUEL-EXPO-FR_DER_BD.174111.jpg

Fondation Cartier

Du 21 octobre 2011 au 18 mars 2012, la Fondation Cartier présente l’exposition Mathématiques, un dépaysement soudain, une création originale conçue en collaboration avec l’Institut des hautes études scientifiques (IHÉS), sous le patronage de l’UNESCO, et avec le concours de la commission nationale française pour l'UNESCO. Pour cette exposition, elle a ouvert ses portes à la communauté des mathématiciens et sollicité des artistes familiers des lieux pour les accompagner et donner ainsi à voir, à écouter, à faire, à penser, à interpréter les mathématiques. En convoquant les mathématiques entre ses murs, la Fondation Cartier fait elle-même l’expérience du « dépaysement soudain » formulée par le mathématicien Alexandre Grothendieck.

Mathematics: A Beautiful Elsewhere
October 21, 2011 › March18, 2012
From October 21, 2011 to March 18, 2012, the Fondation Cartier pour l’art contemporain will present the exhibition Mathematics: A Beautiful Elsewhere, an exhibition developed in association with the Institut des Hautes Études Scientifiques (IHÉS) and under the patronage of UNESCO.
For this unprecedented event, the foundation has opened its doors to the community of mathematicians and asked artists with whom it has worked closely in the past to accompany them in order to create opportunities for seeing, hearing, doing, thinking and interpreting mathematics. By bringing mathematics into its premises, the Fondation Cartier is itself undergoing the “sudden change of scenery” described by the mathematician Alexandre Grothendieck.

Voir les commentaires

Lettre à François Fillon, le premier responsable de la Sécurité Routière

Publié le par Emmanuel CRIVAT

M. Le Premier ministre
Hôtel de Matignon
57, rue de Varenne
75700 Paris

Paris, le 13 octobre 2011

Monsieur le Premier Ministre,

Je m’adresse à vous, le premier responsable de la Sécurité Routière en France, pour vous signaler une situation extrêmement dangereuse qui concerne les véhicules équipés de Boîtes de Vitesse Manuelles robotisées de Toyota.

Une cause juste !

Ces voitures sont louées ou vendues comme étant équipées de Boîtes de Vitesse Automatiques.

Cette confusion savamment entretenue crée une situation de défaut permanent de maitrise du véhicule.

Les conducteurs possesseurs d’un Permis de Conduire avec restriction d’usage Boîte Automatique sont en infraction au Code de la Route (article l.221-2…) ; et en cas d’accident la sanction pénale sera avec des circonstances aggravantes (article 121, 221 du Code Pénal) et l’assurance ne marcherait pas.

Il est de votre responsabilité de prendre les mesures nécessaires pour prévenir ceux qui conduisent en toute bonne foi une voiture qui ne correspond pas à leur permis de conduire et qui représente un véritable danger public.

Il est URGENT d’avertir le réseau  TOYOTA du danger qu’il fait courir avec cette présentation mensongère des «boîtes robotisées» comme étant des Boîtes Automatiques.

Je suis à votre disposition pour toute information complémentaire et j’aimerais être associé à l’action nécessaire pour mettre fin à cette situation grave d’insécurité routière.

Je joins à cette lettre un document détaillé et explicit : Lettre ouverte aux responsables de la Sécurité routière, et je tiens à votre disposition documentation, témoignages et résultats de ma propre expérience, sur mon blog www.azengineering.org.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma haute considération.

 

Dr. Emmanuel CRIVAT

Note :

Au mois de juin 2008, j’ai averti la Société Toyota du comportement de cette voiture (Toyota Yaris MMT) que je conduisais comme une voiture automatique (voir l'article: Toyota Yaris BA le danger public numéro 1: la voiture qui recule en marche avant et avance en marche arrière!!!)

La responsabilité du Réseau Toyota est engagée au moins depuis cette date.

----------------------------------------

Principaux facteurs d’accidents

Un accident, des causes

Les accidents et la gravité de leurs conséquences s’expliquent bien souvent par une combinaison de facteurs liés au conducteur, au véhicule, à la route, aux conditions de circulation, aux secours…

Les facteurs humains en particulier apparaissent dans plus de 90 % des accidents corporels.

Certains facteurs sont relevés systématiquement par les forces de l’ordre après qu’un accident a eu lieu : alcoolémie, choc contre un obstacle fixe, conditions météorologiques etc. D’autres facteurs (et non des moindres) ne sont pas systématiquement recherchés car difficiles à déterminer avec précision : vitesse, fatigue, somnolence, distraction, téléphone au volant, non respect des distances de sécurité…

Liste non exhaustive de facteurs relevés dans les accidents

Conduite sous influence de l’alcool

L’alcoolémie positive d’un conducteur est présente dans les accidents causant 30,8 % des tués sur la route.

Vitesse excessive

Ce facteur n’est pas comptabilisé dans les statistiques d’accidents. Le taux d’infraction à la vitesse est de 27 % hors agglomération et de 43 % en agglomération. On estime que le strict respect des limitations de vitesse permettrait de réduire de 18 % le nombre de tués sur la route.

Défaut de ceinture

Facteur présent pour 22 % des tués en voiture.
Un port systématique de la ceinture permettrait de diviser par deux le risque d'être tué en cas d'accident.

Téléphone au volant

Ce facteur n’est pas comptabilisé dans les statistiques d’accidents. Le taux d’infraction (usage d’un téléphone tenu en main) est de 2,1 % pour les automobilistes. Téléphoner au volant multiplie par 4 le risque d’avoir un accident corporel.

Présence d’un obstacle fixe (arbre, véhicule en stationnement, glissières, mur, poteau, panneau de signalisation, bordure de trottoir, fossé etc.)

Facteur présent pour les accidents occasionnant 37,7 % des tués. 
Protéger les usagers des arbres et poteaux situés à proximité immédiate de la chaussée permettrait d’épargner de nombreuses victimes. 

Fatigue et somnolence au volant

La cause "malaise fatigue" apparaît dans 8 % des accidents mortels sur l’ensemble du réseau, et atteint même 18 % sur les autoroutes.
Des solutions techniques mais aussi un comportement préventif des conducteurs permettrait de réduire ce risque.

Conduite sous influence du cannabis

Les tests relatifs aux stupéfiants appliqués aux victimes des accidents sont trop rares pour aboutir à des données statistiques fiables. Conduire après avoir consommé du cannabis multiplie par 2 le risque d’être responsable d’un accident mortel. Le risque est multiplié par 16 en cas de consommation conjointe de cannabis et d’alcool.

Conduite sans permis/

avec un permis inadapté/

sans assurance

Facteur présent pour les accidents occasionnant 4 % des tués.

Bien sûr, d'autres facteurs, qu'ils soient liés au comportement, à l'état du véhicule ou à celui des infrastructures, entrent également en jeu.

Principaux facteurs d’accidents

Association Prévention Routière

Voir les commentaires

Réseau Toyota et le Code Pénal

Publié le par AZ

Réseau Toyota. Infractions non intentionnelles pour la distribution de la Toyota Yaris Boîte Manuelle Robotisée, comme une Boîte Automatique...

Mise en danger d'autrui

Atteintes involontaires à la vie

Atteintes involontaires à l'intégrité de la personne

Non-assistance à personne en péril

Article 121-4 du Code Pénal

Est auteur de l'infraction la personne qui:

Commet les faits incriminés;

Tente de commettre un crime ou, dans les cas prévus par la loi, un délit.

Article 121-5 du Code Pénal

La tentative est constituée dès lors que, manifestée par un commencement d'exécution, elle n'a été suspendue ou n'a manqué son effet qu'en raison de circonstances indépendantes de la volonté de son auteur.

Article 121-6 du Code Pénal

Sera puni comme auteur le complice de l'infraction, au sens de l'article 121-7.

Article 121-7 du Code Pénal

Est complice d'un crime ou d'un délit la personne qui sciemment, par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation.

Est également complice la personne qui par don, promesse, menace, ordre, abus d'autorité ou de pouvoir aura provoqué à une infraction ou donné des instructions pour la commettre

MISE EN DANGER D'AUTRUI

Article 121-3 du Code Pénal

(Loi nº 96-393 du 13 mai 1996 art. 1 Journal Officiel du 14 mai 1996)

(Loi nº 2000-647 du 10 juillet 2000 art. 1 Journal Officiel du 11 juillet 2000)

Il n'y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre.

Toutefois, lorsque la loi le prévoit, il y a délit en cas de mise en danger délibérée de la personne d'autrui.

Il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d'imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, s'il est établi que l'auteur des faits n'a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait.

Dans le cas prévu par l'alinéa qui précède, les personnes physiques qui n'ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter, sont responsables pénalement s'il est établi qu'elles ont, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d'une particulière gravité qu'elles ne pouvaient ignorer.

Il n'y a point de contravention en cas de force majeure.

DES ATTEINTES INVOLONTAIRES A LA VIE

Article 221-6 du Code Pénal:

(Loi nº 2000-647 du 10 juillet 2000 art. 4 Journal Officiel du 11 juillet 2000)

(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

Le fait de causer, dans les conditions et selon les distinctions prévues à l'article 121-3, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement, la mort d'autrui constitue un homicide involontaire puni de trois ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende.

En cas de violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75.000 euros d'amende.

Article 221-6-1 du Code Pénal :

(Inséré par Loi nº 2003-495 du 12 juin 2003 art. 1 Journal Officiel du 13 juin 2003)

Lorsque la maladresse, l'imprudence, l'inattention, la négligence ou le manquement à une obligation législative ou réglementaire de sécurité ou de prudence prévu par l'article 221-6 est commis par le conducteur d'un véhicule terrestre à moteur, l'homicide involontaire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75.000 Euros d'amende.

Les peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende lorsque :

1º Le conducteur a commis une violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence prévue par la loi ou le règlement autre que celles mentionnées ci-après;

2º Le conducteur se trouvait en état d'ivresse manifeste ou était sous l'empire d'un état alcoolique caractérisé par une concentration d'alcool dans le sang ou dans l'air expiré égale ou supérieure aux taux fixés par les dispositions législatives ou réglementaires du code de la route, ou a refusé de se soumettre aux vérifications prévues par ce code et destinées à établir l'existence d'un état alcoolique;

 3º Il résulte d'une analyse sanguine que le conducteur avait fait usage de substances ou de plantes classées comme stupéfiants, ou a refusé de se soumettre aux vérifications prévues par le code de la route destinées à établir s'il conduisait en ayant fait usage de stupéfiants;

Le conducteur n'était pas titulaire du permis de conduire exigé par la loi ou le règlement ou son permis avait été annulé, invalidé, suspendu ou retenu;

5º Le conducteur a commis un dépassement de la vitesse maximale autorisée égal ou supérieur à 50 km/h;

6º Le conducteur, sachant qu'il vient de causer ou d'occasionner un accident, ne s'est pas arrêté et a tenté ainsi d'échapper à la responsabilité pénale ou civile qu'il peut encourir.

Les peines sont portées à dix ans d'emprisonnement et à 150 000 Euros d'amende lorsque l'homicide involontaire a été commis avec deux ou plus des circonstances mentionnées aux 1º et suivants du présent article.

Article 221-7 du Code Pénal:

Les personnes morales peuvent être déclarées responsables pénalement, dans les conditions prévues par l'article 121-2, de l'infraction définie à l'article 221-6.

Les peines encourues par les personnes morales sont:

1º L'amende, suivant les modalités prévues par l'article 131-38;

2º Les peines mentionnées aux 2º, 3º, 8º et de l'article 131-39. (9° L'affichage de la décision prononcée ou la diffusion de celle-ci soit par la presse écrite, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique)

L'interdiction mentionnée au 2º de l'article 131-39 porte sur l'activité dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de laquelle l'infraction a été commise.

Dans les cas visés au second alinéa de l'article 221-6, est en outre encourue la peine mentionnée au 4º de l'article 131-39.

ATTEINTES INVOLONTAIRES A L'INTEGRITE DE LA PERSONNE

BLESSURES INVOLONTAIRES

Article 222-19 du Code Pénal

(Loi nº 2000-647 du 10 juillet 2000 art. 5 Journal Officiel du 11 juillet 2000)

(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

Le fait de causer à autrui, dans les conditions et selon les distinctions prévues à l'article 121-3, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement, une incapacité totale de travail pendant plus de trois mois est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

En cas de violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à trois ans d'emprisonnement et à 45.000 euros d'amende.

Article 222-19-1 du Code Pénal:

(Inséré par Loi nº 2003-495 du 12 juin 2003 art. 21 - Journal Officiel du 13 juin 2003)

Lorsque la maladresse, l'imprudence, l'inattention, la négligence ou le manquement à une obligation législative ou réglementaire de sécurité ou de prudence prévu par l'article 222-19 est commis par le conducteur d'un véhicule terrestre à moteur, l'atteinte involontaire à l'intégrité de la personne ayant entraîné une incapacité totale de travail pendant plus de trois mois est punie de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 Euros d'amende.

Les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75.000 Euros d'amende lorsque:

Le conducteur a commis une violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement autre que celles mentionnées ci-après;

2º Le conducteur se trouvait en état d'ivresse manifeste ou était sous l'empire d'un état alcoolique caractérisé par une concentration d'alcool dans le sang ou dans l'air expiré égale ou supérieure aux taux fixés par les dispositions législatives ou réglementaires du code de la route, ou a refusé de se soumettre aux vérifications prévues par ce code et destinées à établir l'existence d'un état alcoolique;

3º Il résulte d'une analyse sanguine que le conducteur avait fait usage de substances ou de plantes classées comme stupéfiants, ou a refusé de se soumettre aux vérifications prévues par le code de la route destinées à établir s'il conduisait en ayant fait usage de stupéfiants ;
Le conducteur n'était pas titulaire du permis de conduire exigé par la loi ou le règlement ou son permis avait été annulé, invalidé, suspendu ou retenu;

5º Le conducteur a commis un dépassement de la vitesse maximale autorisée égal ou supérieur à 50 km/h;

6º Le conducteur, sachant qu'il vient de causer ou d'occasionner un accident, ne s'est pas arrêté et a tenté ainsi d'échapper à la responsabilité pénale ou civile qu'il peut encourir.

Les peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 Euros d'amende lorsque l'atteinte involontaire à l'intégrité de la personne a été commise avec deux ou plus des circonstances mentionnées aux 1º et suivants du présent article.

Article 222-20 du Code Pénal:

(Loi nº 2000-647 du 10 juillet 2000 art. 6 Journal Officiel du 11 juillet 2000)

(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

Le fait de causer à autrui, par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement, une incapacité totale de travail d'une durée inférieure ou égale à trois mois, est puni d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende.

Article 222-20-1 du Code Pénal:

(Inséré par Loi nº 2003-495 du 12 juin 2003 art. 2 II Journal Officiel du 13 juin 2003)

Lorsque la maladresse, l'imprudence, l'inattention, la négligence ou le manquement à une obligation législative ou réglementaire de sécurité ou de prudence prévu par l'article 222-19 est commis par le conducteur d'un véhicule terrestre à moteur, l'atteinte involontaire à l'intégrité de la personne ayant entraîné une incapacité totale de travail d'une durée inférieure ou égale à trois mois est punie de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 Euros d'amende.

Les peines sont portées à trois ans d'emprisonnement et à 45.000 Euros d'amende lorsque:

Le conducteur a commis une violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement autre que celles mentionnées ci-après;

2º Le conducteur se trouvait en état d'ivresse manifeste ou était sous l'empire d'un état alcoolique caractérisé par une concentration d'alcool dans le sang ou dans l'air expiré égale ou supérieure aux taux fixés par les dispositions législatives ou réglementaires du code de la route, ou a refusé de se soumettre aux vérifications prévues par ce code et destinées à établir l'existence d'un état alcoolique ;
3º Il résulte d'une analyse sanguine que le conducteur avait fait usage de substances ou de plantes classées comme stupéfiants, ou a refusé de se soumettre aux vérifications prévues par le code de la route destinées à établir s'il conduisait en ayant fait usage de stupéfiants ;
Le conducteur n'était pas titulaire du permis de conduire exigé par la loi ou le règlement ou son permis avait été annulé, invalidé, suspendu ou retenu;

5º Le conducteur a commis un dépassement de la vitesse maximale autorisée égal ou supérieur à 50 km/h;

6º Le conducteur, sachant qu'il vient de causer ou d'occasionner un accident, ne s'est pas arrêté et a tenté ainsi d'échapper à la responsabilité pénale ou civile qu'il peut encourir.

Les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 Euros d'amende lorsque l'atteinte involontaire à l'intégrité de la personne a été commise avec deux ou plus des circonstances mentionnées aux 1º et suivants du présent article.

Article 222-21 du Code Pénal :

Les personnes morales peuvent être déclarées responsables pénalement, dans les conditions prévues par l'article 121-2, des infractions définies aux articles 222-19 et 222-20.

Les peines encourues par les personnes morales sont:

1º L'amende, suivant les modalités prévues par l'article 131-38

2º Les peines mentionnées aux 2º, 3º, 8º et 9º de l'article 131-39

L'interdiction mentionnée au 2º de l'article 131-39 porte sur l'activité dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de laquelle l'infraction a été commise.

Dans les cas visés au deuxième alinéa de l'article 222-19 est en outre encourue la peine mentionnée au 4º de l'article 131-39.

DE L'ENTRAVE AUX MESURES D'ASSISTANCE ET DE L'OMISSION DE PORTER SECOURS

Article 223-5 du Code pénal :

(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

Le fait d'entraver volontairement l'arrivée de secours destinés à faire échapper une personne à un péril imminent ou à combattre un sinistre présentant un danger pour la sécurité des personnes est puni de sept ans d'emprisonnement et de 100.000 euros d'amende.

Article 223-6 du Code Pénal:

(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende.

Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à un personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

Article 223-7 du Code Pénal:

(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

Quiconque s'abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant, sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

Article 223-7-1 DU Code Pénal :

(Inséré par Loi nº 2001-504 du 12 juin 2001 art. 9 Journal Officiel du 13 juin 2001)

Les personnes morales peuvent être déclarées pénalement responsables dans les conditions prévues par l'article 121-2 des infractions définies à la présente section.

Les peines encourues par les personnes morales sont:

1º L'amende, suivant les modalités prévues par l'article 131-38 ;

2º Les peines mentionnées aux 2º à 9º de l'article 131-39 ;

3º La peine mentionnée au 1º de l'article 131-39 pour les infractions prévues aux articles 223-5 et 223-6.

L'interdiction mentionnée au 2º de l'article 131-39 porte sur l'activité dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de laquelle l'infraction a été commise.

Voir les commentaires